Elle m’a « Pink Upé »

Hello toi!

 

J’ai fait une expérience de dingue: je suis sortie de chez le coiffeur heureuse!

Ah ben oui pour moi c’est nouveau, je n’arrive plus à me rappeler la dernière fois où je suis sortie d’un salon en me disant que je voudrais avoir cette tête chaque jour des 10 prochaines années. J’exagère un peu sur le nombre d’années mais t’avais compris l’idée.

 

Le nom de mon nouveau paradis capillaires:

logo

Tu habites près ou loin de la région de Charleroi? Tu est en manque d’originalité? Tu ne sais plus quoi faire de tes cheveux ou au contraire tu sais ce que tu veux mais personne ne te comprend?

J’ai la solution: Pink Me Up!

Sofia et son équipe ne font pas que te coiffer, nooooon, bien sûr que non! Ils te bichonnent et c’est version 2.0 de toi qui en sort du salon.

Je t’explique pourquoi je les aimes tant, mais avant je te fais un petit résumé et tu vas vite te rendre compte que je ne blague pas.

De bon matin, il y a 3 mois je décide d’aller chez le coiffeur histoire de cacher mes cheveux blancs plus que nombreux. Pas majoritaires, mais nombreux quand même.
C’est l’occasion de faire un chouette changement pour la saison et de couper les pointes abîmées.

C’est là que les problème ont commencés…
Pour que vous puissiez situer j’ai bien testé une vingtaine de salon de coiffure différent : pas loin de la maison, soit disant spécialisé pour cheveux afro, sur les conseils d’une amie, parce que le salon avait l’air bien, …

Je pourrais vous sortir une raison pour chacun de mes choix mais vous l’aurez compris ils ne sont pas toujours judicieux.

Il y a eu la fois où la couleur était parfaite mais la coupe horriblement vintage. Gentil le coiffeur me console: « Mais moi j’adore Mademoiselle vous ressemblez à Whitney Houston à ses débuts! » avec un grand sourire satisfait. Sauf que on était en 2005 et Whitney n’en était plus du tout à ses début. Paix à son âme. Sans parler du fait que je ne savais plus les attacher, ben oui trop courts…

Je vous parlerais bien aussi de la fois où la coiffeuse me dit qu’elle gère et que je n’ai aucun soucis à me faire. Je lui répète quand même qu’une fois sec ma longueur diminue d’au moins un tiers et qu’il faut faire gaffe. Elle commence à couper dans ma nuque et là je vois son peigne étirer mes cheveux 10 cm en dessous de mon cou et sa paire de ciseau couper dans le tas. Mes yeux s’écarquillent, mes cheveux reprennent leurs forment normale: il me reste 5 cm de cheveux de la mèche coupée. Je vois sa tête, elle voit la mienne, elle a compris son erreur et qu’il y avait peu de chance que je revienne.

Et puis cette fois où cette jeune après avoir fini ma coloration me propose un brushing, je l’informe gentiment que ce n’est pas la peine puisque dans 2 heures il aura disparu. Elle insiste, elle est experte et a déjà maté des touffes pire que la mienne (elle a vraiment utilisé le mot touffe, j’aurais dû me méfier). Après près de 2 heures de combat acharné, et une demande de greffe de bras pour elle, je ressort avec un semblant de lissage. Bah oui le bas avait déjà commencé à gonfler pendant qu’elle terminait le haut. Résultat: mon compte bancaire allégé et ma tignasse gonflée à bloc 30 min après.

Je vous épargne mes aventures d’essai de rasta courtes (4 heures de travail pour arriver à une horreur), des rajouts ratés (ça m’a coûté un pont et une journée de perdue pour avoir l’air d’une actrice de Côte Ouest le lamé en moins) et la coupe à étage (sérieusement à étage c’est pas une blague).
Mais revenons à ma dernière déception.

Me voilà chez la coiffeuse (que je ne citerais pas), l’équipe se rappelle de moi quand je détache ma crinière, je suis la fille avec assez de cheveux pour ouvrir un magasin de perruque. J’ai l’habitude, chaque fois la scène se répète, c’est limite si elles ne tirent pas à la courte paille pour savoir qui va s’occuper de moi. Un peu comme une roulette russe capillaire. Je les comprends, moi aussi si je pouvais j’éviterais de m’en occuper mais voilà je les aimes quand même et ça fait 2 ans que j’ai décidé de couper un minimum à chaque fois (soit une fois tout les 6 mois environs) parce que je voudrais les avoir long même bouclés.

Je décris que je voudrais juste couper les pointes et redonner une belle forme au reste. Niveau couleur, foncé pour les racines et un caramel foncé pour les longeurs façon tie and die. C’est la patronne qui s’occupe de moi, elle a bien compris et me montre la couleur du bas en me disant qu’un Moka glacé (mais sérieusement qui sait à quoi ressemble un moka glacé!) sera parfait pour le plus claire. C’est plus automnal et sur une peau métissée l’effet est de toute beauté. Pour la coupe, elle connaît, elle aussi est bouclé et sait que si elle coupe trop j’aurais des problèmes au coiffage. Elle va juste enlever ce qui est un peu « filasse ».

Devinez quoi? Je fais confiance…
Non mais qu’est ce qui m’a pris?

giphy (1).giff

 

Son assurance aurait dû mettre l’alarme de mon cerveau sur la puissance maximale mais non.

Je ne vois pas ce qu’elle coupe derrière, en plus j’ai pas mes lunettes. Première alerte.

Quand elle enlève le produit décolorant elle me dit être étonnée, d’habitude les cheveux Afro ne décolore pas aussi vite mais c’est superbe hein, j’ai pas à m’inquieter. Deuxième alerte.

Au shampoing, je sens que j’ai beaucoup moins de masse que d’habitude, elle ne met que très peu de temps pour rincer et démêler. Troisième alerte et moi je bouge pas. Telle une méduse sur la plage acceptant son funeste destin.

Je quitte le bac de lavage avec une serviette sur la tête et quand elle l’enlève devant le miroir je comprends que j’en ai pour au moins un an avant de récupérer une longueur qui va me plaire.

« Oh c’est magnifique », « Regarde Lucette que c’est joli », « Et cette couleur, une merveille ».

giphy

Euh non, j’ai une coupe courte alors que mes cheveux m’arrivait au milieu du dos. La couleur, y a un côté plus clair que l’autre c’est pas flagrant mais moi je le vois donc elle aussi forcément. Et pour finir la demarquation du tie and die est beaucoup trop nette.

Voilà qu’elle peigne et essaie de faire je ne sais pas quoi pour finir.

Je lui dis gentiment que je vais arranger le reste à la maison. Qu’ils sont déjà trop sec pour arriver à quoi que ce soit surtout quand on à passé et repassé un peigne dans la masse. Elle insiste, je coupe court, un peu comme elle avec ma chevelure je dirais.
Je m’en sort donc finalement avec une coupe ET une couleur que je n’aime pas ET délestée de 120€.

Le positif, oui je dois en trouver un peu, je met beaucoup moins de temps pour les démêler. Évidement quand il n’y a plus rien à démêler c’est plus rapide…
Le négatif: 3 mois de bad hair days et une envie folle de me raser le crâne histoire d’en finir me disant que mon prochain rendez-vous chez le coiffeur serait vers never, never et demi. (La pourriture de la blague est à la hauteur de ma coiffure d’il y à deux mois sans mentir)

 

 

Et en ce mois de janvier 2017, je me suis laisser convaincre par la réputation du salon Pink Me up.

J’arrive là-bas avec ma triste mine et mes boucles en bernes, j’ai même pas envie de parler de la couleur…

Sofia, la boss des boss, me demande ce que je voudrais, elle me conseille et m’annonce la  triste nouvelle, il faut couper mais elle va faire ce qu’il faut. Je me décide pour un violine, un brin de folie mais trop flash non plus.

Elle me dit aussi qu’il y en a pour quelques heures, ce type de transformation se fait en plusieurs étapes.

On commence le travail par laver les soins hyper hydratants, couper et sécher le tout et étirer les longueurs restantes. C’est à ce moment que je commence à avoir confiance, Sofia est minutieuse et coupe ce qu’il faut mais pas trop. Elle applique la première couleur, on papote, je lui parle du blog, de la déception de ma dernière couleur/coupe, elle me parle de blogueuse qu’elle connaît, de la prochaine formation qu’elle va faire avec Mounir en Jordanie (elle est étonnée que je connaisse pas),…

Le temps que la colo pose je tilt! Mais ouiiii Mounir!!!!!! Oh purée! Toi aussi tu connais, crois moi…

Canon de chez canonissme, je n’ai plus seulement confiance, j’ai de l’espoir.

Et pas seulement parce qu’elle suit les formation de Mounir, aussi parce qu’elle va protéger mes cheveux pendant la coloration avec un produit miracle : Olaplex

Silke_von_Rolbiezki-Hola_Olaplex-1

Une tuerie que Sofia n’a pas hésité à utiliser en abondance. Juste pour ça, je dis merci.

Ah oui, le massage aussi, une minute de plus des doigts de fée de cette jolie brune et je dormais dans le fauteuil.

Après plein de trucs de coiffeur trop bien, je vous passe les détails, 4 bras commencent mon brushing, mais pas n’importe quel brushing, un weavy de tout droit sorti d’un podium. Regarde, reste calme, c’est pas un rêve.

 

 

Un autre aperçu du talent présent chez Pink Me Up

Les pages Facebook et Instagram regorgent de beauté « Pinkée ».

Et leur site vous donnera toutes les infos nécessaires.

Je sais ce que tu te dis copain,  » je suis un mec, le weavy c’est pas mon kiff ».Mais t’inquiète pas, les hommes aussi ont droit à un massage et une version beau gosse d’eux même.

Perso je suis sortie un peu comme ça

giphy (1).giffv

En résumé, s’il est possible d’en faire un d’autant de talents réunis, c’est que peu importe ton désir tu trouvera ton bonheur.

Merci Sofia, dès que je gagne au Lotto je t’engage à vie.