Le jour où j’ai (presque) décidé d’arrêter d’être gentille

Bisounours et câlinous l’ami!

Enfin je veux dire: hey toi là-bas, ça gaze?
Vous l’aurez compris je suis pas très crédible à ce jeu là…
Patientez, je développe: suite à une mille et troisième remise en question je me suis demandée ce que je devais changer pour vivre plus en accord avec mon moi profond. Très philosophique hein? C’est vrai c’est un peu exagéré mais si peu finalement.

d1f627c4f75d19647c5119236e808349

Une remise en question qu’elle dit la fille! Mais oui chère sceptique, car sans questionnement pas d’évolution, d’amélioration ou de changement possible. On en serait encore à se dire que la terre est plate ou pire, que l’existence de l’ornithorynque est une plaisanterie. (Quoique franchement cet animal à vraiment l’air d’une blague ambulante)

Fervents défenseurs de ce noble mammifère n’y voyez aucune attaque, mais avouez que c’est un peu le Mr Patate du règne animal… (Comprendrons ceux qui feront ou ont déjà fait une petite recherche sur Google et connaisse Mr Patate)

Je m’egard comme d’habitude.

Revenons à nos moutons. Et oui j’arrête avec mon bestiaire.
Commençons par le début, je ne suis pas une sainte, la preuve Mére Theresa a été connonisee et moi toujours pas. Monde injuste…

Plus sérieusement, je n’insinue à aucun moment être un modèle de bonté et de sagesse. Ce que je veux dire par « j’ai décidé d’arrêter d’être gentille » pourrait se traduire par (prenez une inspiration) « j’ai décidé d’arrêter de toujours penser que si je fais les choses de cette manière les gens seront plus heureux même si j’en ai pas vraiment envie mais si un peu quand même parce qu’après tout ce sera bon pour mon karma et vaut mieux parce qu’on sait jamais les gens ils pourraient être fâchés ».

Tu comprend mieux? Non toujours pas et c’est normal parce que moi non plus quand j’y réfléchis je ne me comprend pas.

J’ai la fâcheuse tendance à être celle qui dit oui, ou bien « mais non t’inquiète » ou encore « si tu veux je peux… ». Mais pourquoi? Je me suis posée cette question après m’être ramassé quelques fois, genre sur les dents, et bien à plat.

Et là révélation…

Je veux toujours plaire au gens et ce compris sous mes dehors parfois un peu froids.

eb0df1d699e33840ed9242cc6caad70a

Évidement que je dis les gens, je parle de mon entourage et pas du voisin. Enfin pour le voisin, faut juste exclure la fois où j’ai pensé à faire un gâteau pour son retour de vacance… Mais il est vieux! Et pas embêtant comme voisin. Puis il se serait dit qu’elle est gentille la petite voisine! Vous voyez je recommence, je trouve des arguments pour me convaincre d’une idée pour quelqu’un d’autre alors qu’il s’en tamponne le coquillart (j’ai toujours rêvé d’introduire subtilement cette expression dans une conversation, merci de participer à mes rêves).

Et encore, dans mon exemple, mon vieux petit voisin ne m’a rien demandé. Vous n’imaginez pas la bataille psychique qui aurait pu se produire s’il m’avait demandé quelque chose.

Le problème est qu’il est très difficile de se défaire de ses habitude ou de ses petites manies.

J’ai tendance à donner de ma personne, à dire oui ou à proposer mon rein gauche sans réfléchir.

Mais je vous l’annonce officiellement, j’vais me désintoxiquer.

Fini de penser aux autres avant moi parce que voyez-vous, je ne suis en rien indispensable. Si ce n’est pas moi ce sera quelqu’un d’autre et si vraiment une personne qui m’est proche et qui me veux du bien à besoin de moi n’accepte pas mon refus, c’est qu’elle ne l’était pas tant que ça et que le bien elle le voulait surtout pour elle.

Soyons honnête, je tomberais encore dans mon piège personnel et il m’arrivera  encore de regretter d’avoir ouvert ma bouche aussi vite mais je suis sur le chemin de la guérison et du mieux être et ça c’est beau!

5e617748c5573b1a745effd9ca46e697

Tu peux être une bonne personne, qui a bon cœur, et quand même dire non.

Je m’attaquerai ensuite à :

  1. Pardonner plus facilement à certains
  2. Pardonner moins facilement à d’autre
  3. Me sevrer une fois pour toute des frites (projet prevu pour 2035)
  4. Vaincre ma peur des seringues (aller avec sa chef de service faire une prise de sang c’est pas serieux, surtout quand c’est elle qui propose avec cet air de pitié dans les yeux)
  5. Me coucher plus tôt
  6. Accepter que  Sloane et sa chanson « Après le bip » soit considèré comme étant de la musique (de nouveau aucune offense à ses fans, je dois encore faire un travail sur moi)
  7. Ne plus me chercher d’excuse pour envoyer un message, quand quelqu’un te répond pas c’est qu’il a pas envie de te parler, laisser aller les choses
  8. Intégrer le fait que l’ornithorynque est un animal et pas le délire d’un enfant de 5 ans sous acide (la drogue c’est mal)
  9. Tenir mes résolutions bordel de sucette je sais que je peux le faire!

 

Vous l’aurez compris j’ai encore du boulot.

Toi aussi faudrait que tu changes un truc pour être en paix avec ton toi intérieur?

Si tu veux on se soutien et je pourrais peut-être te faire des cookies pour t’aider?

J’ai failli craquer, quand je vous dis que j’ai du pain sur la planche!