Un peu courte la jupe non?

Je ne vais pas m’énerver, je le promet… En tout cas pas tout de suite.

Je vogue tranquillement sur le net hier, je tombe sur des trucs drôles, mignons tout plein ou trop joli et PAF.

Non pas le chien, quoi que.

Ce vendredi 3 juin, un jeune homme aux Etats-Unis a été condamné à 6 mois de prison pour avoir violé une étudiante inconsciente. Déjà, là tu te dis c’est pas glorieux mon vieux mais je trouve que tu t’en sort super bien au vu de ce que tu as fait et compte tenu du fait que tu risquais 14 ans de prison. Mais c’est pas tout.

Le père aimant de ce jeune garçon a, comment dire, tenu les propos les plus débiles qui soient : « La sentence est trop dure pour 20 minutes d’action » et qu’en plus, pauvre de lui gentil fiston, allait être fiché comme délinquant sexuel pour le restant de sa vie.

Ceci nous montre une chose, et croyez-moi cela ne concerne pas que les Etats-Unis, c’est que la culture du viol est encore vivace.

Je m’explique, la culture du viol, c’est quand les gens ont des attitudes ou des pratiques qui visent à tolérer, excuser ou pire approuver le viol.

Tu vois toujours pas de quoi je veux parler ? Je te donne quelques exemples pratiques.

Emily : « Une fille que je connais m’a dit que j’étais trop moche pour être violée, comme si le viol était un compliment »

Viviane « Quand j’ai dit à mes amis que j’avais été violée, ils m’ont dit que j’aurais dû faire plus attention »

Laurent : « Ben ouais mais sa jupe était super courte, c’est qu’elle avait envie »

Marcel : « Elles disent toutes non au début »

Le problème n’est pas que tu portes une jupe, que tu ais une attitude suggestive ou que tu ais dit NON alors que les choses étaient déjà bien lancée (pas besoin de dessin), le problème c’est qu’un(e) autre t’enlève le choix de refuser, de disposer de ton corps comme tu le voudrais et de te sentir en sécurité.

Le sont souvent les hommes que l’on pointe d’un doigt accusateur mais nous aussi les femmes nous participons à cette culture, le slut shaming est une pratique que nous utilisons aussi.

Le slut shaming, qui pourrait être traduit par « stigmatisation des salopes », c’est critiquer ou déconsidéré une femme en lui reprochant d’être une « salope » à cause de son comportement sexuel : multitude des partenaires, manière peu discrète de parler de sa vie intime, de ses désirs, de sans fantasmes, porter des vêtements jugés trop « provocants », un maquillage trop « excessif »,…

Loin de moi l’idée de vous mettre sur l’échafaud mais participer à ça, c’est légitimer les actions de d’autres. J’ai déjà eu ce type de comportement, je ne mérite pas la prison pour autant mais je me surveille simplement parce que j’ai pas envie que quelqu’un se retourne sur moi pour avoir des propos pareils.

En 2014 (j’ai pas trouvé plus récent sur le moment), en Belgique, 8 cas de viol étaient enregistré chaque jour, et on estime que seulement 7% des victimes portent plainte. Ca me donne la nausée et l’envie de cogner, fort de préférence.

 

Le viol d’une femme ou d’un homme, c’est le faire passer de l’état d’humain à celui d’objet. Personne n’a envie d’être ce type d’objet.

 

En résumé, NON c’est NON.